Ambré gris

IMG_9919
Piana dei Castelli.

Allégorie océanique :
Le domaine est comme un gros cachalot, le chai son intestin.
De là sont expulsées quelques concrétions flottant ensuite sur l’océan de vins banals qui nous inonde.
Rares et recherchées, le plus souvent utilisées en parfumerie, chanceux sont ceux qui du tarin peuvent se vanter d’avoir reniflé ces essences.
Ambré gris ou la découverte d’un vin venu s’échouer sur les plages de Normandie.

IMG_9924
Comme un capitaine Achab, chaussé de deux « Pequod » de fortune, je recherchais encore ce « Grand Blanc » qui m’avait autrefois arraché la langue de plaisir. Mon mousse de l’époque passait plus de temps à cuver au fond de sa cale qu’à m’aider dans ma quête olfactive. Je l’aurais aimé « gri-gri » pour me porter chance plutôt que continuellement « gris ». Il avait la fâcheuse habitude de donner à ses trajectoires un rythme exagérément chaloupé qui me flanquait le mal de mer, de sorte qu’on l’avait baptisé « La Nausée ».
Natif de la Sarthe, il prenait ceci pour un compliment.

IMG_9742
Alors, quand je vis comme des petits cercueils chancelant au gré du raz Blanchard, je n’attendis pas pour contacter la SNSM et, l’Abeille en main, le bourbon étant en le mousse, nous partîmes secourir les âmes. Mon « Grand-Blanc » était là, au milieu des autres, les tempes grisonnantes à force de jours à dériver en mer. Mes « Pequod » sombraient quand pour le sauver, armé d’un tire-bouchon et d’un brise-cire, un bouche-à-bouche parfaitement exécuté le ramenait à la vie.
Après une chaleureuse accolade, Grigio reprit la route de Rome.

Maudis « bique » que mon mousse pendant ce temps-là.
Émergeant de son trou, les paupières serrées par la luminosité, nous observant, circonspect.
Après avoir avisé un tonneau pour naviguer, des bouteilles contre des rames, il s’efforçait à nous rejoindre.
Déviant vers l’horizon.
Plus qu’un petit point.
La brume l’emporta au matin.

IMG_9713

Laisser un commentaire