Atmosphère

Sacrifice sur un autel du nord.

IMG_8122

J’aime à me balader dans les sous-bois ; l’humus quadrille le sol et mes pieds s’enfoncent en y laissant des traces molles.
Je flâne sous les cernes, je regarde chênes et hêtres s’enlacer puis, le ventre soumis à quelques gargouillis, je prends le chemin de la maison.
Le feu est dans la cheminée, le chat bronze et de l’houmous cadence l’apéritif.
Mes proches luttent pour l’emporter au combat des décibels ; l’humeur qui danse, je prends part à la joute.
Enfin, pétillant, frais et lumineux, voici le must, cadeaux bulleux au maillot jaune.
Trône sur le plateau quelques grammes de verre et de vin.
Une gracieuse bouteille qui s’effeuille lentement.
« Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? »
M’amusant à titiller le collet qui l’étranglait, je contemple son cou à présent nu.
Quelques caresses puis des baisers, sa respiration devient plus forte.
Pop ! Jailli le liège et, la gorge totalement offerte, émanent fins effluves ligériens ; coing-coing.

IMG_8116

Ah ! Naviguant dans le coin de Nantes…
Fol est celui qui prétend qu’en cet endroit on ne fait point de bons vins.
De folle, en revanche, il est question car notre biberon en est plein.
Elle a déserté le Gros-Plant pour venir buller chez monsieur Landron et ses belles moustaches.
Honorée d’un léger coup de pinot, la voilà muse.
Sans pagne, les bulles à l’air, elle se prélasse dans les verres.
Sa mousse conquiert mon palais, et de grandes rasades en grandes rasades, je me remplis.
En peu de temps, un vent de sec sur elle se fait sentir.
Maintenant tarie, je l’égoutte.
Ah! Les soucis sont qu’on ne peut siffler qu’une seule chandelle.
La muse cadette servira pour les coquilles aux artichauts du frangin…

IMG_8124

Laisser un commentaire