Canard laqué.

P1030662
Vous vous sentez l’âme d’un chef top, d’un chef maître, vous avez cuisiné un plat incroyable que vous voulez faire goûter à votre nouveau patron pour le charmer, et, quand ils auront tous la tête incrustée dans l’écran de leur ordinateur à pianoter sur faïsse-buck dans l’opène-spaïsse, vous aimeriez partager quelques clins d’oeil complices avec lui ?

P1030664Malheureusement vous savez que votre connaissance vinardière est encore trop adolescente pour vous risquer dans des accords subtils et innovants, que vous risqueriez de gâcher la fête, que tel un Gaston gaffeur vous ne souhaiteriez pas subir le courroux de votre nouveau boss adoré, vous vous arrachez le peu de cheveux qu’il vous reste en cherchant une solution, ne bougez plus, ne bougez pas, la solution, la voilà !

P1030666

P1030669
Fort de votre dernière expérience parisienne où, pour vous encanailler, vous décidâtes d’aller dans le treizième arrondissement pour titiller vos papilles à l’aide de plats asiatiques, vous vous achetâtes alors une bible culinaire que vous comptez bien utiliser maintenant pour épater la galerie…

 

Ce soir, ce sera du canard laqué pour tout le monde et votre anatidae qui se rafraîchit les palmes dans votre frigidaire américain, col vert pour votre ami col blanc, va passer un sale quart d’heure d’ici peu… les couteaux sont affutés, la laque bien laquée et votre tablier vous saucissonne gentiment le petit bidon que vous entretenez à grand renfort de chopines dans des bars irlandais tous les week-end depuis vingt ans.

P1030669

Quel nectar permettrait de faire jaillir une symphonie de saveurs de ce sauvage ansériforme ?

P1030671

Allons, allons, ne tapons pas dans le classique, c’est chiant, donc point de Condrieu, de Saint-Peray ou autres blancs du Rhône, laissez de côté également les rouges de cette vallée, surtout ceux du septentrion, vous ne feriez que de singer, mimétisme navrant, des accords vus et revus depuis au moins Vatel, bof.

P1030676

Je vous conseille donc un petit sauvignon de Touraine, bien acide, perlant car mis depuis peu en bouteille, si possible légèrement bouchonné, le bois, surtout le liège se marie à merveille avec la laque – je tiens ça d’un menuisier et je peux vous assurer que c’est un pro – n’oubliez pas, si vous optez pour ce choix de servir en dessert quelques crèmes fouettées aux vertus adoucissantes pour la fleur et la flore intestinale, deux trois comprimés inhibiteurs de la pompe à proton pour l’estomac et une vieille poire pour digérer.P1030679

Si vous préférez un rouge, je ne saurais mieux vous conseiller que de vous orienter vers un très vieux Chinon aux bouquet rappelant certaines fleurs fanées, une vieille horloge sans balancier et le vieil escalier que vous empruntiez étant jeune le soir quand vous n’aviez pas envie de vous coucher car l’ancien rouet non loin de votre chambre transformait vos rêves en cauchemars.
P1030675

Oublié depuis des décennies dans la cave d’une maison troglodyte, votre Chinon humide et « champignonné » s’accordera aussi bien avec votre palmipède qu’un fauteuil Louis XIV au milieu d’une pièce de la Villa Savoye…

P1030672

Vos invités seront ravis, je vous l’assure, et peut-être même, le bouche à oreille aidant, nous vous retrouverons d’ici peu, riche, célèbre et pourquoi pas sur le petit écran ?

Laisser un commentaire