Pinaryork

IMG_2675
Il a garé son carrosse, s’est frotté les pieds sur le macadam et s’en est allé faire des courses…
Un alien à Gaillac, les poches remplies de violettes et la gueule couleur brique.

vis ma vigne.

image1
Il a mangé local, un truc dont la forme lui a fait penser à une pizza malgré les étranges bouts roses et carrés qui garnissaient le haut de la pâte et qui, après ingestion, le laissaient encore dubitatif jusqu’à ce qu’il s’écria, sous les yeux ébahis de ses camarades : « J’ai trouvé ! C’est du jambon ! »…

Il a pris la direction de l’ouest, sur la route de Montauban, pour se perdre sous le cagnard indigène.

IMG_0214
Il a faillit sortir un mec de sa voiture parce qu’il roulait en première à 12 km/h dans le rond-point en lui faisant voir de trop près un camion transportant de pauvres veaux (il s’avéra par la suite qu’il était un client du domaine ce qui calma ses pulsions meurtrières) puis, il s’est arrêté devant chez Michel.

IMG_0088
Ah ! chausse tes bottes, on va dans les vignes caresser les insectes.

Ils sont partis pour longtemps, inspectant de manière dermatologique le terroir, histoire de voir si tout allait bien.
La végétation, c’est un peu le système pileux de la terre, ça s’entretient.

Mettez-vous des produits chimiques dans vos cheveux ?

Michel non plus et son domaine a le poil soyeux…

IMG_0107
Mais laissons le capillaire de côté, c’est une notion bien trop étrangère…

Dans les vignes donc, tels des petits poux, ils ont erré.
Admirant ça et là le biotope fourmillant, les vers de terre comme des périscopes dans cet océan vert.

Ici coule la vigne.

IMG_0035
Prunelard, Braucol, Duras, L’En De l’El, Ondenc et bien sûr, Mauzac…

Des statues, des Hommes pétrifiés levant les bras au ciel, peut-être en signe de victoire ?

Une armé de cep, bien rangée, qui chaque année, balance le jus…

Les insectes, piqueurs ou non, s’affairent tranquillement dans ce théâtre de verdure et jamais ils ne subiront quoique ce soit comme attaque à l’arme chimique.
Comme ce fut répété maintes fois par ce cher Michel, ici, toutes les bestioles sont les bienvenues, elles s’équilibrent, les grosses mangent les petites, et tout ce microcosme participe au bon équilibre du domaine.
Il leur a même créé des espaces, des zones tampons écologiques qui, en périphérie des vignes, permettent, entre autre, de faire diversion, de réguler.
De temps en temps, un gros lézard vert vient te croquer la patte, marque d’affection, il suffit de mettre un peu de vin sur la blessure et tu repars en trottinant.
La diversité créé la richesse.
Tout ce petit monde vit en harmonie et les maladies sont rares.
La vigne est drue, forte et vivace.

img_0146
« Vous avez le droit de ne pas aimer ce vin »

Vous avez tous les droits… Le droit de manger chez McDo, le droit de perdre votre temps à lire des livres d’hommes politiques en mal d’amour, le droit de regarder D8, d’acheter un 4×4 ou encore, le droit de boire du Roche Mazet !

Vous avez aussi le droit de goûter ces vins, de vous rendre compte que vous ne pouvez que les aimer.

Ah ! Longue gamme de rouge ceinte d’un peu de blanc…

IMG_0137 IMG_0156 IMG_0169 IMG_0177

Le professeur Pinard, dont le gros pif s’écrase sauvagement dans les verres, s’arrête un moment pour méditer, les narines rougies par le Prunelard : « Un torrent de cailloux roule sur la langue et remonte du fond du gosier, une violence qui bouillonne aux parfums de violettes ! J’ai l’impression de boire une lumière de corail ! »

Lyrisme effrayant aux accents de plagia…

Mais il est sûr que cet hiver, on l’accompagnera de champignons.

img_0190
Il est des vins qui portent bien leur nom.

Un Jaune de Gaillac ! Un vin élevé sous voile pendant dix ans que vous pourrez, par exemple, emmener à la plage sans risquer de vous le faire enlever par les bleus du coin.

Un jus rare et précieux qui, cet hiver encore une fois, accompagnera une poularde bien farcie.

img_0226
Il y aurait tant de choses à raconter sur cet Astérix du vin mais je dois aller bosser et ça fait tellement longtemps que je n’ai pas écrit que je suis heureux de réserver cette place de rentrée scolaire au domaine de la Ramaye dont je reparlerai encore et encore comme dirait Francis.

Michel, je vous remercie de tout ce temps que vous nous avez accordé et je vous souhaite une belle et longue vigne !

gaillac
Michel Issaly,
Domaine de la ramaye,
817 Route de la Ramaye,
Lieu-dit Sainte Cécile d’Avès,
81600 Gaillac

Les doigts dans le Pif

Bourré
Prendre la direction de Bourré, une fois dedans, en sortir, vite.
Et puis, à Monthou, serrer la main des troglodytes, s’enfoncer dans un trou.
Attendre, en écoutant les jus ronfler, que le tuffeau nous champignonne.

Au hasard des vignes, un camion a serpenté jusqu’ici.
Croisant buses et biches, sans embûches et sans filets, se fiant à son pif.

IMG_1016
Un bon vigneron, ça se mérite.
Alors, on a pris le temps.

J’irai boire chez vous.

IMG_1140
Bienvenue au domaine.

La Piffaudière chez Olivier Bellanger, éleveur de pifs de compétition.
À peine nous pénétrâmes dans la roche que le pinard nous fut offert sous perfusion.
Dialyse à l’Aunis, au Gamay, au Sauvignon.
Nuits blanches en perspective…

IMG_1171
Chaque fût fut inspecté avec soin, la pipette chauffait, le verre se teintait.
À l’instar des fromages, on parla affinage, de vins de pâturages ou d’étable.
À chaque saison, son breuvage.
L’été appelle la vivacité, la fraîcheur, la fluidité, quoi de mieux que ce petit jus nerveux pour jouer de la guitare en pensant à tous ces Michel que l’année 2016 nous a enlevé.
Si « Mon tout rouge » était un met, ce serait une petite côtelette d’agneau.

IMG_1151
Il faut dire que je les aime comme ça, les rouges.
Quand ils sont fins, élancés et que de légères notes poivrées leur donnent du rythme.
Lorsqu’un petit grain vient à rouler sur ma langue pour me rappeler la peau qui jadis les protégeait.
Tous ces mois passés dehors, portés par la vigne, à braver les intempéries.
Et puis, une fois pressés, humer avec plaisir un jus épanoui.
La terre donne chaque année l’occasion de se taire.
La magie du terroir.

IMG_1100
Entends-tu retentir les refrains des dimanches ?

De tonneau en tonneau, de verre en verre, on avançait à tâtons.
Déguster avec le vigneron, c’est boire ses paroles ; et celles d’Olivier sont sages.
Un travail délicat où la nature est au centre de tout.

Des vins précis, sans artifice mais jamais déviants, vous ne trouverez pas d’odeur de souris, ni de poneys ou encore moins de basse-cour dans la palette aromatique de ces pinards.

Et c’est une bonne chose, assurément.

À force de bain de bouche, nos canines n’eurent plus rien à envier à Nosferatu.

IMG_1177
Le professeur Pinard mit son costume d’écolier et son acolyte anonyme, le roi de la pêche à la mouche, celui de photographe.

Se roulant dans la moisissure qui jalonnait le sol, il contre-plongeait pour rendre au plus juste les images que nos yeux découvraient, en pétillant, naturellement.

IMG_1112
La bulle amène la joie et le vin, la faim.

Notre hôte, nous voyant la bouche sèche et l’œil torve, nous invita à rompre le pain dans ses quartiers…
Fusse une bonne idée ?

Sa réserve de fromage savoyard qu’il avait ramené avec gourmandise se trouva torpillée par les deux éviers que nous sommes.

IMG_1211
Mais sans tout ceci, aurions-nous pu trouver la force de reprendre la route, pour filer dans un sud où les montagnes se déchaînent ?

Merci à toi cher Olivier, merci de nous avoir si bien reçu, merci pour tous ces vins divins et comme dirait celle qui a la main molle, merci pour ce moment !

IMG_1183

Histoire Caucase

wine
Wine is bright.

C’est comme un soleil, dans le bleu du ciel…

P1020797

Un beau matin de juillet, sans réveil, en Normandie.
Un beau matin à décanter le vin de midi.
Du géorgien pour le homard.
La perspective d’une fête, familiale.
Le pif à jeun, l’odeur brute des amphores, les rais du soleil invitaient enfin l’été dans la demeure.

P1020812
Le blanc et le rouge.

Entends-tu retentir les refrains dans la Manche ?

P1020799
Le nez à l’Est.

Blanc aux tons ocres, à la bouche suave et saline.
Rouge, cassis, terreux, aux tanins qui fondent comme du beurre sur une poêle.

Crustacé à l’anis et aux citrons verts.

P1020803
Un feu d’artifice à table.
Une sieste.
Un léger coup de soleil sur les bras.

Une douce digestion, bercé par le bruit des tondeuses à gazon, les réminiscences des parfums caucasiens.

Et puis…

Nice.

 

Os à moi

ragout
De mon râtelier osanore, je suce dans la moelle.
L’autre, édenté, peut toutefois satisfaire entre les trous béants laissés par ses molaires, son appétit.

Un osso buco à la paille.

Dans le bouillon où chaque bulle explose en libérant parfums d’épices, d’agrumes et de tomates, mon jarret se fait tendre.
Que j’aime à voir cher indolent de ton corps si veau se moirer les os.
Ah ! Un cuisinier me voyant cuisiner s’arracherait sûrement les cheveux tant je cède à l’empirisme devant un piano.

P1020137
Surtout, ne faîtes point cette mine de dégoût devant l’aspect « ragoût » de mon œuvre.
L’important, c’est le goût… Ça me rappelle un slogan pourri entendu ça et là sur les ondes…

Donnant la part belle au mijoté, je dois dire que même si les bouts se délitent, la viande fond dans la bouche.
Si j’étais chien, je croquerais les os.

Mais pourquoi cet aparté transalpin de cheval ?

Pour évidemment introduire un dur à cuire qui surfe sur la sauce, enrobe la chair et dilate les narines avec dextérité.

P1020094
Si tu veux me faire plaisir, donne-moi du Piémont.

Mon dernier vestige du temps où sévissait Rita, prêtresse sarde vous confessant dans sa boutique de l’avenue Parmentier… Quel gâchis de ne plus pouvoir passer de bons moments à déguster dans ce religieux lieu où le vin d’Italie dégoulinait jusque sur les trottoirs de la rue Oberkampf !

Oui, tout ceci est très 11ème…

Où vais-je maintenant déguster sur le pouce, Barolo, Barbaresco, Brunello et Vino Nobile de Montepulciano ?

Évidemment, il reste de beaux endroits dans la capitale mais disons que je voulais rendre hommage à Rita qui, toutes ces années durant, répandit la belle parole de son fief « parmentiersien ».
Les samedis tu passais et paf, on te collait un grand verre dans la main qui se remplissait comme par magie de Corvina, de Sagrantino, de Malvasia, de Negro-Amaro, de Sangiovese ou encore, de Nebbiolo.

Tu demandais quelques précisions que l’on t’offrait sur un plateau, tu repartais en titubant, guilleret, manquant de te faire renverser par scooter.
Ton sac faisait gling-gling et, dans le bus, on te prenait pour un pochtron, le bon temps quoi.

C’était bien, mais c’est fini…

Les temps changent.

Merci chère Rita.

P1020100

Liqueur grenadine

IMG_0878
Juillet se profile et une question se pose :

Que téter cet été ?

Semblant de réponse à la sanguine…

Un beau gris qui a du chien
13 degrés en plein cagnard comme un angliche sur la côte
Je macère dans mes espadrilles
Massage de bile 
Un songe enivré

J’ai liqueur grenadine
Soleil sur beurot, peau mandarine
La bouteille donne la même couleur aux gens
Et la nuit, tous les pinots sont gris

IMG_08761
Notice :

À servir froid mais pas glacé,
Oubliez les glaçons, c’est pour apaiser les bleus
Un sorbet lui siéra
Une ratatouille aussi

Du poisson, quelques crevettes
Sur une terrasse, flânant, rose
Encore vierge de carotène
Alors que les petites cigales fourmillent déjà…

En attendant,

IMG_0868
L’été où est-il ?

Domaine Rietsch,
32, rue Principale
67140 Mittelbergheim
Tél. 03 88 08 00 64 

Causeries, Belle-Poule

IMG_08571
Monsieur Sébastien Gandubert,

J’ai souhaité, en mon âme et conscience, vous adresser cette lettre que vous lirez peut-être.

Sentir la chair de poule.

Comment vous remercier alors n’ayant à peine échangé trois mots que vous nous offrîtes cette rouge Belle-Poule.
Le bidon tourmenté du volatile, vous nous aviez prévenu, eut besoin d’un léger dégazage mais après…
Chaque gorgée nous emmenait faire un tour de barque sur les bonnes eaux du Layon.
Tels des ragondins, nos corps se frottaient à cette poule, mouillés par l’émotion.
Une pierre dans une mare toute coquette sous ses lentilles d’eau, voilà la sensation que put éprouver le citoyen que je suis ; et citer Gracq en ce pays qu’est le vôtre n’est pas anodin.

Le moût me monte encore au nez.

IMG_0870

Dans la Loire, un poulailler.

Alors, oui, je viendrai chez vous, vous qui m’invitâtes et nous trinquerons à ce Thouarcé gagnant.
On s’amusera de vins et nous naviguerons sur les eaux étroites.
On se délectera de vos blancs aux reflets dorés où le sucre, pourtant bien présent, n’est jamais un imposant et tempétueux convive.
On se posera cette chatouilleuse question, littéraires que nous sommes, Grange meurt-il à la fin ?
Et puis, on mangera de la poule au pot, en bouillon, farcie, faisane et même, car il faut bien s’hydrater, de la poule d’eau.
Peut-être nos poules seront présentes, amenant un peu de grain à la conversation ; car une basse-cour composée que de mâles peut facilement virer au combat de coq !
On essayera aussi de ne pas se faire contrôler par les poulets lorsque nous nous amuserons à faire des dérapages avec votre tracteur, le bleu se doit de rester dans le verre.
Pour finir, en forme de pied de nez et non de poule, nul besoin d’appellation contrôlée quand juste à coup de narines on devine l’origine du jus reniflé.

Loué soit le raisin.

IMG_0827

 

« Fiume tue »

IMG_1425
Samedi 30 avril, Salon Rue89.

4ème Édition.
« Soûlez-vous, les pavés avinent »

« Mise à mort du Parmesan »

Quarante kilos soulevés par deux gros bras transalpins, la bête est belle.
Des grands coups dans les flans et se fissure l’épaisse carapace.
La foule fait des grands « Ah » et tous ses yeux brillent, comme fanatisée par le massacre.
Les copeaux volent, le picador se fend de grosses veines sur le front et son derme se teinte.
On dirait un jambon de Parme.
Découpée sur place, nous plongeons nos mains fébriles dans les boyaux de l’animal et avalons, hyènes sur une charogne, sans laisser la place aux nouveaux arrivants.
Le temps que les doigts se graissent et nous filons à l’étage, où la sueur gagne le cou pour ne plus l’abandonner.

IMG_1468
« Le vin est un long fleuve tranquille »

Fricando, vin blond.
Amphore des Danaïdes, je te boirais jusqu’à plus soif.
Si je devais emmener un vin sur une île déserte, ce serait peut-être celui-ci.
À peine versé, on a l’impression que le verre s’enflamme, tremblantes, les mains peinent à l’amener à la bouche.
Faites-moi couler cet or dans le gosier, supplice d’aztèques.
Un entonnoir s’il-vous-plaît !
Je suis prêt pour la torture.

IMG_1511

« Je me sens vachement rital en ce moment »

Il y a tellement à raconter ou à vivre dans ce salon que je laisserais la place à d’autres, histoire de lire maintes histoires et saliver, tel un bon chien chien.
Je veux juste rendre hommage aux italiens.
Je n’en ai goûté que des bons ces derniers temps et, ce samedi, cerise sur le panettone…
« Al di là del fiume » m’a tué, encore une fois…

Non pas que vos vins soient les meilleurs du monde, les plus insolites ou encore les plus rares, juste parce que ça faisait longtemps que mon palais n’avait pas éprouvé cette sensation qui m’avait définitivement converti au culte du pinard.

J’aime vos pifs, j’en suis amoureux, et comme l’amour est rare en ce monde, je souhaitais vous le dire.

Je vous décerne le césar du meilleur jus du salon (oui, j’ai une influence considérable).

Merci.

IMG_1498
« À ma zone »

Après avoir descendu le stock de bolognaise en amphore, un tour chez les indiens d’Amériques.
Jus de terre, où comment boire un fleuve à Paris sans devenir tout jaune.
La trachée, sorte d’anaconda urbain, engloutit le breuvage brésilien.
Le nez du professeur, d’habitude de rouge vêtu, passa au vert.

L’impression de relire l’oreille cassée.

En revanche, ça ne bourre pas la gueule, je le sais car, les trois kilos de poudre avalés, sniffés ou encore injectés en intra-veineuse m’ont laissé de marbre.

Je retourne au pinard.

Enfin, comme clin d’œil à la « Slow Food », je suis allé me boire un « Slow Wine », du genre Slovène

Merci maître Iommi et tout ton crew, l’année prochaine, je squatterais le salon jusqu’à ce qu’on me vire, histoire de voir si le vin naturel à des limites…

Santé !

IMG_0820

Clash amical

IMG_1213
Gargouille vivante.
La peau sur les os.
À tâtons, le chaton imberbe se meut entre les serpents et les bizarreries en bocal.
Le voir s’approcher de moi m’effraye.
Lorsque nos deux yeux nez à nez se croisent, un soubresaut l’anime.
Les pupilles pleines de questions, le minou semble reluquer le duvet jalonnant mon crâne…
Clash amical, le voilà qui me prend pour un de ses congénères.
Chauve qui peut !

IMG_1205
Les amoureux de vins nus apprécient-ils aussi les chats nus ?

Tout en bullant ma grappe, je m’essaye à le gratouiller.
« Oh ! C’est mou… » M’exclamé-je en postillonnant mon moût sur l’animal.
On dirait un poulet plumé.
Sans les bulles, celles-ci sont dans le verre.

Manifestement, il aime le Jura.

L’onde câline de son miaou, rauque comme la grosse basse dans London Calling, me déroute.
Un appel à la caresse.
Dégoûtant.

Pourtant, l’animal est d’une empathie maternelle.

Son propriétaire, monarque de la patate croustillante, m’assure de ses bonnes intentions à mon égard et je commence à m’habituer au fauve transformiste.  Mais, sur mes genoux, les ronrons de ce jambon animé m’inquiètent un peu. Ses épaules flétries, j’ai l’impression de masser une grand-mère.

Il aurait pu s’habiller.

IMG_1211
Écorché vif dont les attributs s’exposent à nous, sans gène.

Exhib’ ?

Le pire est sa queue, qui l’éloigne du monde des chats.
Une chauve-souris sans aile, un cochon en forme de sphinx.
D’ailleurs, c’est pour ça que nous le transformons en grassouillette saucisse !
Je dois ajouter qu’à l’instar de ces bœufs de Kobe, nous l’avons préalablement massé au crémant.

La bestiole se pavanait en écoutant Mozart…

Finalement, quel sympathique chachat.

Le p’tit rouquin

P1010489-1024x768
« Son peigne d’ambre divisa la masse soyeuse en longs filets orange pareils aux sillons que le gai laboureur trace à l’aide d’une fourchette dans de la confiture d’abricots »

Colin ? Un p’tit rouquin.

L’écume rouge, toujours, à force de tourner la farce liquide qui finira par nous rendre dinde.

Chanson pour Lemasson, est-ce que ma salade plaît à ta façade ?

Gamay jeté, sous les dents les pavés, par ici les mets, mais… La révolte des soixante-huitards se patine, il faut bien bouffer.

Le roux n’est qu’un rouge qui se tuile, Toulouse, une ville rouquine ?

Nougat rouge bonbon.

P1010498-1024x768
Tempête de bord de mer, la voie s’enroue de toutes ces vagues qu’elle racle au fond de sa gorge.
La route côtière, de Cherbourg à Barfleur, une trachée glaireuse où les pneus se griffent sur les aspérités. Dans le coffre, les bouteilles de rouquin tintent, vertes car atteintes de cinépathie. Le paysage file, tourmenté, rythmé par les essuie-glaces qui décident des meilleurs plans. À peine sortis, la portière nous fouette la gueule. La maison, une bouée de sauvetage. La buée sur les vitres, on passera à table quand le feu nous aura réchauffé. Le pinard, ça se mérite et la paix, sur une toile cirée, des rognons fumants.

Le p’tit rouquin, un rouge pétant comme un feu dans la nuit.

P1010477

Litron amphibie

P1010403
Tandis que le père compose une nature mourante, dont chaque coup de pinceaux trempé dans un jus tourbé à l’accent saxon lui redonne vie, je me gratte le melon.
Je pense aux moustaches de Jo Landron : Deux grosses éponges huilées de Muscadet pour tracer des couleurs dans un verre sans teint.

De grandes bacchantes poussent-elles aux bacchanales ?
Le fait d’être chauve me contraint toujours à raser mon philtrum car du Choron, je peux me rapprocher dangereusement…
Sûrement une manière de me brider.

Mais, venons-en au fait.
Je mange à nouveau des huîtres et ce, depuis si peu qu’il m’arrive à croire n’en avoir jamais englouties.

Une huître, c’est un peu une fille moche qui se prélasserait dans des draps en soie.

Et dire qu’une lointaine cousine, perdue dans mon estomac en février 2014, me provoqua des maux qui m’obligèrent à dormir près de la grande bouche en émail dans la salle de bain de notre refuge manchot…

Brutalité conchylicole.

P1010386
Ah ! Tout ceci pour vous témoigner de ma gratitude cher Jo.

Sans vous, je n’aurais jamais à nouveau nacré mon pif, tel un violon, ma palissandre réclamait le minéral.
L’amphibolite, bien connue des amateurs, litron amphibie à boire les pieds dans l’eau, une huître à la main.

J’enfile des litres de cette perle.

Merci monsieur Landron.