Et si c’était un vin…

Bonne mère de Rouen

Si la ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire, de la vie associative, du mont-saint michel, du calva fermier et du camembert au lait cru était un vin, ce serait du cidre…
Du cidre bouché, normand, fabriqué avec des pommes du verger de monsieur Fabius.
Ou un vieux pommeau, couleur cirage de pompes, qui sent la tarte tatin préférée de monsieur Fabius.
Ou un calva fermier, élevé en jerricans de cinq litres, gentiment prêtés par monsieur Fabius.
Ou un… Oh je sais plus et on s’en fout, de toute façon moi je ne suis pas un spécialiste.
Le servira t’on au Brésil ? à Christiano euh, Ronaldo euh, dur à épeler tous ces noms.IMG_2745

Un cidre disons ; pétillant ? bof, plus trop d’bulles.
Un cidre santé, un cidre plutôt qu’une longue liste de médicaments – parce qu’elle aime bien cette formule – accompagné d’une petite cigarette car c’est très sympa. C’est très sympa de pouvoir fumer un petit paquet par mois.
Une mine triste, des spores qui germinent dans le sang, après une bouteille voilà le résultat, à force de clopes et de jus on attrape une forme passive de la maladie du charbon dans les poumons, si on veut entrer à la Santé, il faut d’abord ne pas se tromper d’endroit.

Troisième mi-temps, dans les bars de Rouen, pendant que quelques rugbymen se fourrent leurs nez ronds dans des pintes de binouzes, d’autres s’essayent à cet étrange breuvage gaulois, sur le côté de la pelouse des cadavres de bouteilles gisent, quelques tendinites de langue, foulures de palais, torsions de glottes, luxation du Fabius, appelez nous un médecin !

L’accord parfait, au café des sports de Grand-Que, que fréquente de temps à autre monsieur Fabius, entre deux trous normands, dans un livarot bien coulant, faites un trou normal et versez-y l’hydromel, le patron accepte la carte vitale, la sécu vous rembourse votre deuxième verre.

 

Laisser un commentaire