La malle aux épices

Auderville, Goury, le bout du monde…

L1080106

Il est des endroits où l’on ne débarque pas par hasard, des culs-de-sacs, des voies sans issues, des impasses où vous n’auriez même pas l’idée d’aller passer vos vacances. Ajoutez l’usine de retraitement de la Hague pas loin et cet endroit devient une zone contaminée où il ne fait vraiment pas bon d’y trainer les pieds…
Et pourtant, il serait bien bête de ne pas s’y attarder un peu, la côte déchirée par les vents et la mer toujours en mouvement inventent des paysages rarement idiots à apprécier aux gentils spectateurs que nous sommes.L1080110

A part l’herbe, la pierre et les vaches rien ne pousse ici.
Et puis une adresse qui ne paye pas de mine au premier abord…
La malle aux épices.

Bar, tabac, papeterie, restaurant, on s’imagine à première vue qu’il vont nous servir des vieilles crêpes aux champignons avec une béchamel industrielle, accompagnées de quelques pauvres feuilles de salades oxydées… Et bien non, après avoir pénétré dans le restaurant, on nous emmène dans une petite salle où de gros canapés et fauteuils attendent sagement de recevoir l’empreinte de nos merveilleuses fesses.
L1080113Un menu découverte, quelques plats à la carte, une cuisine bariolée fortement influencée par l’Asie, on y mange très bien et ce n’est pas étonnant, le chef, Christophe Barjettas est passé chez les plus grands avant d’échouer ici.

Son look de corsaire, derrière ses fourneaux, à deux pas du chemin des douaniers battu L1080119par les vents, liaison parfaite entre sa cuisine et le paysage « Aurevillyen », la précision de ces assiettes composées, la simplicité du cadre et du service, ont fait de cet endroit un véritable refuge pour tous les mammifères qui, après une longue promenade sur le littoral hostile, après s’être fait fouetter par les embruns glacés, après avoir remarqué qu’une collection incroyable de coquillages s’était retrouvée dans leurs caleçons,L1080120 après encore tellement d’aventures délicieuses et passionnantes ont besoin de se réchauffer l’estomac, d’engloutir tels des razs toutes sortes de petites embarcations gastronomiques, de se gargariser de tempuras « wazabités », de s’épuiser à manger.

RGO assurés pour les sensibles estomacs… oui, mais dans la vie il faut prendre des risques, surtout que le patron affectionne la canne à sucre distillée, ti’punch à l’apéro ou rhum arrangé, quelques cocktails maisons pour se mettre en situation.L1080123Il y a un seul hic et cela ne me plaît pas de le dire tant j’aime passer du temps dans cet établissement, mais la carte des vins n’est pas à la hauteur des plats, quelques références plus adéquates seraient les bienvenues, des vins avec plus de mordant, quelques alsaciens, jurassiens ou autres références soigneusement choisies en fonction des plats rendraient cette étape encore plus délicieuse…

La malle aux épices, 71 Rue de l’ Eglise, 50440 Auderville, 02 33 52 77 44

Laisser un commentaire