L’elixir de jouvence


photo 1

Quand harassé par une journée de vadrouille dans un Paris caniculaire je vins m’éteindre sur mon canapé, les membres mous et douloureux, la tête dans l’oreiller pour que la lumière ne m’aveugle, Morphée m’invita un cours instant à me ressourcer… Malheureusement, à chaque fois que je plongeais dans un sommeil profond, mon coeur affolé me réveillait en sursaut, trop fatigué je ne pouvais dormir.

Quel était ce mystérieux mal m’empêchant de contrôler mes émotions, me refusant l’autonomie complète de mon corps, s’amusant à ce que je me sonde sans cesse jusqu’à découvrir une nouvelle maladie ?
Serais-je hypocondriaque ?
Peut-être… Mais l’origine de ce démon était plus ancienne, la vie s’était emparée de moi et je vieillissais…
Comme ce fut triste de ne plus être naïf !

Je ne suis pas d’un caractère à me laisser aller, reprenant des forces après quelques sauvages et bruyantes ablutions, je partis dans le but de trouver un remède à ces maux si fatals.
La nuit tombée et mon cerveau rafraîchi, l’idée d’aller toquer à la porte de quelques sorciers ou alchimistes s’empara de celui-ci.
Mes jambes me menèrent devant un des plus sûrs apothicaires du quartier, Epure.

photo 3
J’y trouvai là, fidèle à son poste, un des thaumaturges à la notoriété aboutie et par conséquent plus à prouver, monsieur David Rougier, à qui je demandai s’il connaissait par hasard je-ne-sais-quoi comme potion, onguent ou autre cataplasme qui pourrait avoir raison de ces plaies.
De son air goguenard mais néanmoins attentif, il sourit et me présenta cette fiasque, légèrement humide car sortie du fond des temps, m’indiquant le protocole à suivre et insistant bien sur la rareté du breuvage : il me proposait le fameux Elixir de jouvence, j’étais sauvé !

photo 2Le liquide avait un côté hypnotique.
Patiné par le temps, il ondulait, se lovait contre les parois, dessinait comme des scènes de transe qui disparaissaient dans le mouvement infligé au verre.
Des fragrances de vieux meubles et de cires se mêlaient à d’autres émanations mystérieuses et envoûtantes…
Cette couleur d’or aux reflets d’ambre était comme un soleil que j’allais ingérer, régénérateur, il allait se diffuser en mon corps, je resterais à cet âge toute ma vie.
Je devenais mystique et aveuglé par l’excitation de ce que cela allait provoquer, je bus.

Une onde de choc se propagea en moi et je me sentis purifié.
Ce n’était donc pas un mythe, l’Elixir de jouvence existait bel et bien.
La prescription était de boire au moins trois verres par jour de ce breuvage pour que les effets ne disparaissent et que je tombe dans le gouffre de l’érosion.
Prescription que je respectai à la lettre jusqu’à maintenant.

photo 1
Jusqu’à maintenant car je n’avais pas pensé à un problème majeur que je découvris au fil du temps : invincible mais pas inlassable, je ne supporte plus de voir cette sale tronche qui me sert de façade…

Photo du 46565943-06- à 12.56

Laisser un commentaire