L’ivresse de l’esprit

IMG_2798
Hier, à Saumur, dans la ville, un salon.


IMG_2842

Bouvet-Ladubay sait recevoir, la journée baignée de soleil fût habillée de toutes sortes de manifestations dont un banquet dans les immenses caves troglodytes creusées à la pioche dans le tuffeau.
IMG_2803« la cathédrale engloutie », comme ils disent, résonnait des rires excités et joyeux de tablées d’auteurs, de vignerons et de toutes autres sortes d’artistes venus célébrer l’ivresse, l’esprit et rendre hommage à Jean Carmet.
Leurs esclaffades étaient provoquées par les blagues les plus fines et les plus rares du professeur pinard que l’on se faisait tourner sous le manteau, dit-on…

Des fenêtres, à gauche, l'on pouvait se permettre de saluer la foule, comme Madonna par exemple.

profpinard

Commençons par le début, il est à peu près huit heures du matin, nous sommes le dimanche 13 avril 2014, le Professeur pinard et Baptiste Gecko (célèbre critique littéraire et fin gloutu) embarquent à bord du « train spécial » direction la Loire pour la 19ème édition des Journées Nationales du Livre et du Vin.

P1030651

Pour accéder au sanctuaire souterrain, il fallait être muni d’un badge, d’un petit dépliant jaune et d’un pin’s représentant un cheval dans un fer à cheval… Grâce à cet accoutrement d’aventurier mondain, quelques lieux secrets s’ouvraient à nous.

 

Franz comme vous ne l'avez jamais vu ! Prise du salon "vieille pie"

Mais venons-en aux faits, une plongée dans le tuf, l’obscurité titillée à l’aide de bougies, les tables nous attendaient pour déjeuner.

IMG_2832
IMG_2820

A partir de ce moment, mon téléphone portable, car j’avais oublié mon appareil photo, démontra encore une fois les limites de cette technologie en matière de captation d’image dans un milieu obscur… Je m’excuse donc de la qualité merdique de ces dernières et de celles à venir.

 

IMG_2824On se crût tout d’abord dans un film d’anticipation, la Terre ayant été ravagée par une guerre thermo-nucléaire, l’Homme ne pouvant plus vivre à la surface, d’immenses grottes souterraines étaient devenues les nouvelles villes et, tels des hyménoptères dans la fourmilière, nous grouillions à l’intérieur, mangeant, dormant et vaquant à nos occupations.

Mais l’allure du banquet avait un côté trop joyeux, festif et innocent pour que cette sensation reste et une deuxième impression, plutôt de fête vigneronne, s’installa jusqu’à la fin du repas.
Pas moins de 19 crus différents étaient à déguster et la table après ce combat gastronomique ressemblait à un champ de ruines… La photo ci-dessous est d’une pertinence incroyable, merci.

IMG_2822
Après avoir honoré tous ces crus et produit quelques burps de digestion, la lumière au bout du tunnel me montrait la voie à suivre pour revenir à la surface, une petite étape sous une « crayère » de tuffeau ligérien se proposait de nous faire déguster un café agrémenté d’une liqueur d’orange amère, un petit coup de vif et, comme un aveugle retrouvant la vue, le soleil de l’après-midi presque estival me fit l’effet d’un puissant jet-lag, j’étais déboussolé, moi qui n’avais jamais pris l’avion…

IMG_2833IMG_2836
Voilà, l’après-midi fût rythmé de balades dans et aux alentours du salon, découvrant ça et là nombre de personnes intéressantes, le cadre étant magnifique, quelques investigations satellites m’emmenèrent sur les bords du Thouet, affluent de la Loire particulièrement bucolique à cet endroit, j’y restais un peu pour méditer et faire deux trois brasses coulées avec les crocodiles…

IMG_2845
Après avoir failli louper le bus nous ramenant vers le train, une dernière haie d’honneur organisée par la fanfare qui rythma cette merveilleuse journée avec talent, nous rentrâmes comme des jeunes partis en colonie de vacances, les wagons résonnaient encore de nos bavardages passionnés et juste avant de monter, Michel dansait…

michel

Je remercie Jean-Maurice Belayche pour ce parfait accueil, souhaite longue vie à cette manifestation, remercie également ceux à remercier et m’en vais m’ouvrir une bouteille de Bourgueil en l’honneur de Jean Carmet.

Laisser un commentaire