Promenade normande

fenouil
On a vu une jungle de fenouils se perdre à l’horizon
Et dont les bras portaient un ciel gras, sirupeux
On a marché sur les cadavres des hannetons
qui croustillaient sous nos pieds ensablés

On a écouté les vagues concurrencer le tonnerre
Et le vent hurler à nos oreilles
Les pollens à éternuer et les rires des enfants
Voler jusqu’à nous alors que s’ouvraient les nuages

IMG_0826

L’air comme un voile sur la peau
Que l’on écartait de nos mains pour cheminer
Linceul vaporeux de la vie

On a escaladé les restes d’une guerre
Des cercueils de béton éventrés par le temps
Aux armes devenues rouilles, branches brûlées
rampant entre les herbes, glissant sur la dune
Et frappant de tétanos la mémoire commune

IMG_0832
Mais les mûres acidulées,
Ces petites bulles de fruits, ce caviar de la terre
Ces sphères grégaires dans leurs nids de ronces
Furent autant de boules de cristal
à refléter nos visages

Devenus fantômes, nous avons erré
Le bruit d’un bourdon résonnant dans la lande
Celui des restes d’une église
Une ruine envahie de chlorophylle, de souvenirs

On a pensé, émus, à ceux qui s’en sont allés

On a continué à marcher…

IMG_0829

Laisser un commentaire