Tarte au citron meringuée

photo (2)
Voir ces joufflus cumulus couver le citron de ces barquettes de pâtes sablées dans une vitrine de pâtissier a toujours provoqué en ma région buccale une forte hausse de l’activité de mes glandes salivaires…
Il est des endroits où la qualité de ces aériens petits fours est telle, que l’on en achèterait des palettes entières pour les engloutir d’un coup… J’en connais au moins un, à Rouen, chez Jullien.pho 4 (3)

Ayant fait ses armes dans divers endroits chocolatés, passant chez cette bonne vieille mère Poulard entre autre, notre chef a déposé ses valises à Rotomagus et distille son savoir de tarte en dôme, de truffe en religieuse ou encore, de pièce montée en petits fours…

Le secret d’une bonne tarte au citron meringuée réside en trois points :
_ La meringue, qui se doit d’être aérienne, subtilement sucrée et fondre le long des dents sans y coller.
_ La crème de citron, légère tout comme la meringue mais avec un peu plus d’épaisseur, finement acide et, je pense que ce point est l’un des plus importants, doit donner un sentiment de fraîcheur comme si un peu de menthol s’était perdu au milieu de cet onguent.
_ La pâte sablée doit-être craquante, granuleuse et discrète.

pho 4 (2)

Voilà ce que peut provoquer une bonne tarte au citron meringuée… Des accès de pyromanie, une envie monstrueuse de brûler des bonshommes en bois devant une foule béate et heureuse de revivre au temps des bûchers, de danser le Merengue avec Shakira autour de ces flammes…

Mais, m’égaré-je ?

photo 3Pas tant que ça, juste après l’orgie de tarte j’étais parti voir une sorte de Burning-man français, plus familial certes, répondant au doux et chaleureux patronyme de « feu de la saint Jean », un peu en avance je vous l’accorde.

Quel accord avec ce dessert pour surprendre même les plus grands sommeliers ?
Peut-être un accord bizarre comme cette délicieuse coquille acheté aux caves Pierre Noble.
La famille Rols, vigneron curieux à Conques comme indiqué sur l’étiquette, produit ce jus de manière saine et artisanale.
Il se boit sans broncher et fera avec la tarte, je vous l’assure, naître de nombreux débats autour de la tablée, entre ceux qui auraient préféré des bulles, d’autres des liquoreux et les derniers qui trouvent ça marrant.
Que dire de plus ? Rien.

photo 4

Laisser un commentaire